mardi 21 novembre 2017   -   16 : 50 : 00  

Les grandes phases historiques


Assemblée de la CECA

L'UE aujourd'hui  

L'UE est aujourd'hui le résultat de l'effort et des réalisations concrètes menés par les promoteurs de l'Europe communautaire. Elle constitue dans le monde l'organisation la plus poussée d'intégration d'un ensemble de pays qui exercent ensemble leur souveraineté dans des domaines décisifs pour les citoyens: la monnaie unique, la libre circulation des hommes, les services, les marchandises et les capitaux, le progrès social, l'égalité des conditions de concurrence pour tirer le plus grand bénéfice d'un marché intérieur ouvert et dynamique.

Les bases constitutionnelles de cet ensemble sont:

  • le traité de Paris instituant la Communauté européenne du charbon et de l'acier (CECA) en 1951;
  • les traités de Rome créant la Communauté économique européenne (CEE) et la Communauté européenne de l'énergie atomique (CEEA ou Euratom) en 1957.

Ces traités fondamentaux ont été modifiés:

  • en 1986 par l'Acte unique européen;
  • en 1992 par le traité sur l'Union européenne, adopté à Maastricht;
  • en 1997 par le traité d'Amsterdam;
  • puis en 2001 par le traité de Nice.

Une première étape  

Les traités ont créé entre les Etats membres des liens juridiques étroits. L'UE génère elle-même une législation qui s'applique directement aux citoyens européens et crée des droits spécifiques à leur profit.

Limitée dans sa première réalisation à l'ouverture du marché commun du charbon et de l'acier entre les six Etats fondateurs (Belgique, République fédérale d'Allemagne, France, Italie, Luxembourg, Pays-Bas), la Communauté a d'abord été une entreprise de paix, puisqu'elle parvint à associer dans un ensemble institutionnel régi par le principe d'égalité les vainqueurs et les vaincus de la dernière guerre intraeuropéenne.

Les six Etats membres décidèrent de construire une Communauté économique européenne (CEE) sur la base d'un marché commun plus large, couvrant toute une gamme de biens et de services. Les droits de douane industriels sont totalement éliminés le 1er juillet 1968 et les politiques communes, principalement la politique agricole et la politique commerciale, seront mises en place durant cette décennie.

Les succès des Six décident le Danemark, l'Irlande et le Royaume-Uni à les rejoindre. Le premier élargissement, qui fait passer les Communautés de six à neuf membres en 1973, s'effectuera conjointement avec un approfondissement de leurs tâches à travers la mise en Å“uvre de nouvelles politiques [sociale, environnementale, régionale - avec la création du Fonds européen de développement régional (FEDER), en 1975).

Un marché commun  

Dès le début des années 70, la nécessité d'une convergence des économies et de l'union monétaire s'impose, alors que la suspension de la convertibilité du dollar en or ouvrait une ère de grande instabilité monétaire mondiale, aggravée par les effets des chocs pétroliers de 1973 et de 1979. La mise en place du système monétaire européen (SME), en 1979, a contribué à stabiliser les rapports de change et à inspirer aux Etats membres des politiques de rigueur leur permettant de maintenir entre eux les liens de solidarité et les disciplines d'un espace économique ouvert.

En 1981 et en 1986, les adhésions de la Grèce, de l'Espagne et du Portugal renforcent le flanc sud des Communautés, tout en rendant plus impérative la mise en Å“uvre de programmes structurels, tels les premiers programmes intégrés méditerranéens (PIM), destinés à réduire les disparités de développement économique entre les Douze.

Parallèlement, la CEE s'affirme sur le plan international en renforçant les liens contractuels noués avec les pays du sud de la Méditerranée et avec les pays d'Afrique, des Caraibes et du Pacifique (dits "pays ACP") associés grâce aux conventions successives de Lomé (1975-1989: Lomé I, II, III, IV) et à l'accord de Cotonou signé en juin 2000, traitant des échanges et de l'assistance au développement. Première puissance commerciale mondiale, l'Europe se dote des instruments qui lui permettent d'affirmer son identité sur la scène internationale. Elle se fixe pour ambition la mise en Å“uvre d'une politique étrangère et de sécurité commune.

L'"europessimisme" qui sévit au début des années 80 est alimenté par les effets de la crise économique mondiale. Pourtant, à partir de 1985, naît un nouvel espoir de relance de la dynamique européenne. Sur la base d'un livre blanc, présenté en 1985 par la Commission présidée par Jacques Delors, la Communauté décide d'achever la construction du grand marché intérieur pour le 1er janvier 1993. Cette date mobilisatrice et les dispositions législatives qui rendirent possible la concrétisation d'un objectif si ambitieux sont consacrées dans l'Acte unique européen, signé en février 1986 et entré en vigueur le 1er juillet 1987.

La réunification est-ouest  

La chute du mur de Berlin, suivie de la réunification allemande le 3 octobre 1990, et la démocratisation des pays d'Europe centrale et orientale, libérés de la tutelle de l'Union soviétique, elle-même confrontée à sa propre autodissolution en décembre 1991, transforment profondément la structure politique du continent.

Les Communautés européennes elles aussi sont en pleine évolution. Les Etats membres négocient un nouveau traité sur l'Union européenne, dont les lignes directrices sont fixées par le Conseil européen (les chefs d'Etat ou de gouvernement) à Maastricht, les 9 et 10 décembre 1991. Le traité entre en vigueur le 1er novembre 1993. La CEE est rebaptisée "Communauté européenne" (CE). En ajoutant au système communautaire un système de coopération intergouvernementale dans certains domaines, le traité crée l'Union européenne. Il fixe aux Etats membres un programme ambitieux: union monétaire d'ici à 1999; nouvelles politiques communes; citoyenneté européenne; politique étrangère et de sécurité commune (PESC); sécurité intérieure.

Vers la monnaie unique  

Ce nouvel élan et l'évolution de la géopolitique du continent conduisent trois nouveaux pays à entrer dans l'Union le 1er janvier 1995: l'Autriche, la Finlande et la Suède. Désormais, l'Union des Quinze poursuit sa marche vers le projet le plus spectaculaire qu'elle puisse offrir aux citoyens: le remplacement de leur monnaie nationale par l'euro. Le 1er janvier 2002, la monnaie européenne circule dans les douze pays de la zone euro et prend le statut de grande monnaie de paiement et de réserve à côté du dollar.

Alors que le monde bascule dans le XXIe siècle, les Européens doivent faire face ensemble aux multiples défis de la mondialisation. L'accélération des progrès technologiques et celle de l'internet sont une impulsion pour la modernisation des économies. Mais les profondes mutations que subit le tissu économique entraînent également des déchirures sociales et des chocs culturels.

La "stratégie de Lisbonne" adoptée par l'Union en mars 2000 s'est fixé pour objectif d'adapter l'économie européenne aux nouvelles conditions de l'économie mondiale. Il faut faire face ensemble à la concurrence des Etats-Unis et des pays nouvellement industrialisés. Il faut libéraliser les secteurs encore protégés, favoriser l'innovation et les investissements dans les entreprises, adapter les systèmes éducatifs à la société de l'information.

Les réformes sont d'autant plus nécessaires que les défis du chômage et du coût croissant des régimes de retraites pèsent de la même manière sur les économies des Etats membres. L'opinion publique attend de plus en plus des gouvernements qu'ils apportent des solutions pratiques à ces défis.

L'élargissement à 25  

A peine constituée, l'Europe des Quinze entame la marche vers un nouvel élargissement d'une ampleur sans précédent. Les anciennes "démocraties populaires" du bloc soviétique (la Bulgarie, la Hongrie, la Pologne, la République tchèque, la Roumanie et la Slovaquie), les trois Etats baltes issus de la décomposition de l'Union soviétique (l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie), l'une des Républiques de l'ex-Yougoslavie (la Slovénie) et deux pays méditerranéens (Chypre et Malte) frappent à la porte de l'UE au milieu des années 90.

Le désir de stabilité du continent et l'aspiration à étendre le bénéfice de l'unification européenne à ces jeunes démocraties favorisent leur démarche. Les négociations d'adhésion sont ouvertes à Luxembourg en décembre 1997 et à Helsinki en décembre 1999 avec les douze pays candidats. Pour dix d'entre eux, elles sont achevées le 13 décembre 2002 à Copenhague. L'Union européenne compte vingt-cinq membres en 2004 et devra encore s'étendre tout au long de la décennie à d'autres pays du continent.

Plus d'un demi-siècle de construction européenne a profondément marqué l'histoire du continent et la mentalité de ses habitants. Les gouvernements des Etats membres, toutes tendances politiques confondues, savent que l'ère des souverainetés nationales absolues est dépassée et que seule l'union des forces et la vision d'un "destin désormais partagé" (selon l'expression du traité CECA) permettront aux anciennes nations de poursuivre le progrès économique et social et de maintenir leur influence dans le monde.

Quel avenir ?  

La méthode communautaire, fondée sur un dialogue permanent entre les intérêts nationaux et l'intérêt commun, respectant les diversités nationales tout en dégageant une identité propre à l'Union, n'a rien perdu de sa valeur initiale. Inventée pour surmonter les antagonismes séculaires et effacer l'esprit de supériorité et le recours à la force qui marquaient les relations entre Etats, cette méthode a permis la cohésion de l'Europe démocratique, attachée aux valeurs de liberté, tout au long de la guerre froide. La disparition de l'antagonisme Est/Ouest et la réunification politique et économique du continent sont la victoire de l'esprit européen, dont les peuples ont plus que jamais besoin pour leur avenir.

L'Union apparaît bien comme la réponse la plus adaptée des Européens au gigantesque défi de la mondialisation. Elle est surtout la meilleure "police d'assurance" pour un avenir de paix et de liberté.


retour en haut

  Présidence

  Conseil européen

  Parlement

  Commission

  EUR-LEX

  Europa